D’après le rapport publié par Syntec , le marché français du numérique a généré 56,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018 avec une croissance de 4,1% dont 3,3% pour les conseils et services, 5,3% pour l’édition de logiciel et 5,5% pour les conseils en technologie. Cette croissance a permis au secteur d’être créateur d’emploi pour la huitième année consécutive avec 28000 créations d emploi en hausse de 56%.

C’est un marché en pleine croissance voire en plein boum car en effet  les sociétés françaises de conseil en technologie ont quasiment toutes vues leurs chiffres d’affaires augmenter en 2018 (en moyenne 93%). La croissance du secteur a été de 5,5%, et celle prévue pour 2019 est estimée à 5,2%. Les principaux moteurs de croissance de l’activité sont :

–    L’augmentation dans  l’ingénierie de process et la transition numérique

–    L’accompagnement dans les modèles d’organisation et de gestion associée

–   L’accompagnement de la transformation des business model de clients industriels vers la vente de solutions.

– Le développement de prestations dans le domaine des objets connectés (développement, sécurisation, gestion des objets et des données).

Toujours d’après Syntec, il est à noter que l’automobile, l’aéronautique et l’énergie sont les domaines qui participent le plus au développement des activités de conseil en technologies.

Aujourd’hui le conseil en technologies agit comme une locomotive du secteur du consulting et deux tendances se dégagent sur le marché français :

Tout d’abord, les petites PME et TPE de la province s’ouvrent progressivement aux consultants indépendants. En effet, sur ces zones géographiques, les besoins des petites entreprises vont croissant alors que 60% des emplois du conseil sont concentrés en Ile-de-France .En clair, près de 2,5 millions de PME et TPE françaises doivent être accompagnées pour assurer leur développement, sans forcément avoir les moyens d’embaucher plusieurs experts.

Dans un second temps, de nombreux secteurs concernés par la transformation digitale se tournent vers les consultants issus de cabinets conseils, des indépendants ou des salariés rattachés à des agences digitales afin d’être accompagnés dans leur stratégie. La force du consultant est de savoir construire une « intimité client »,  un lien étroit de collaboration et de confiance avec le client qui le considère comme un élément stratégique.

Dès lors nous pouvons conclure qu’à travers ces consultants, les entreprises cherchent surtout une méthode de travail pour affronter un environnement changeant, un accompagnement humain, une vision et un leadership, le sens de l’analyse stratégique, une organisation fiable et un apport en outil de gestion et de transition numérique.